Récits de randonnées

 

«Du Ranch au Léman Printemps 1998»
************************************************

T'as pas vu mes sacoches? Où est le cure-pieds? Tu viens vite boire un café? Où est-ce qu'on met nos affaires? Tu peux m'aider à brider? Tu peux m'acheter une bière pour la route…

En ce jeudi ensoleillé de l'Ascension, sur la route qui descend aux casernes, la frénésie des préparatifs fait place à la joie des quatre jours d'escapade à venir. Neufs cavaliers du Ranch, l'équipe à Fernand et trois compagnons vaudois prennent la route du Léman.
Après bien des galops, nous arrivons déjà à Saxon où James et Madou, nos fidèles et précieux ravitailleurs, nous rejoignent.

Quelques nuages de poussière, des zig-zag entre le Rhône et ses affluents puis une belle ligne de goudron à travers la campagne nous mènent au bois de Collonges. Les chevaux broutent, les tentes poussent comme des champignons  (il y en a un tout grand!), la petite flamme devient grand foyer et Isabelle nous joue des morceaux de guitare sous quelques gouttes persistantes mais, il faut l'avouer, nous sommes de piètres chanteurs!

Le lendemain
, le soleil est au rendez-vous. On se prépare et les groupes s'en vont gentiment. Le fameux galop sur « l'hippodrome » de la Porte du Scex nous fait sentir l'air du large. Il fait chaud, vivement la baignade!

Nous traversons les Grangettes, une dernière ligne droite et ça y est! Il est là le beau Léman, étincelant sous le soleil, portant des cygnes et des canards. Les petites vagues intimident les chevaux et pourtant, bien qu'hésitants, deux se décident à tâter l'eau du lac et avancent vers les cygnes. Après moult tentatives quelques autres se décident à franchir le cap, c'est fantastique! Caramel s'en donne à cœur joie. Après ce grand moment, comme dirait Gégé, nous rallions le Fort où une bonne grillade attend les cavaliers, quant aux chevaux, ils « nagent » dans l'herbe.

C'est Jean-Marcel qui anime la soirée avec son poignant blues des Maragnènes. On a bien ri!

Troisième jour, il faut reprendre le chemin de la maison. Marie-Thérèse renifle ses chaussettes… elle en est tout étonnée: ça sent quand même!
L'essoufflant galop du Scex nous conduit à Massongex où nous sommes tous invités à dîner. C'était très sympa, merci Karin
Gabrielle a dû malheureusement nous quitter en route suite à une chute, pas trop grave mais suffisamment pour arrêter. En fin de journée, nous retrouvons le bois de Collonges, quelques « visites » viennent pour le dernier soir.
On raconte que, cette nuit-là, d'après les bruits entendus, Fernand l'affamé serait parti à la chasse aux truffes…

Dimanche déjà ! Le ciel laisse présager encore une chaude et belle journée. On se retrouve tous à l'apéro au Capio chez Monique avant d'attaquer la poussière des bords du Rhône. Nous faisons encore une dernière halte aux Iles pour se rafraîchir le gosier avant de monter au Ranch.
Les chevaux sont douchés et pimponnés puis c'est au tour des cavaliers de partager un dernier verre, ils sont tous heureux de ces magnifiques quatre jours passées ensemble.
Merci à tous et à toutes pour cette belle randonnée pendant laquelle, il faut le dire, nous avons été très sages!
Merci surtout à la cuisinière cinq étoiles des Maragnènes qui nous a bichonnés et aux ravitailleurs qui en ont fait des kilomètres!
A l'année prochaine!

EF